Le pape démissionne

Très grosse surprise, en cette journée du 11 février 2013 ! Très belle surprise, faut-il dire, en cette fête de Notre-Dame de Lourdes.

 

Merci, Benoît XVI ! 

 

Cette démission est une grâce pour l'Eglise. Une leçon d'humilité et de réalisme pour tous les gouvernants qui s'accrochent au pouvoir. 

 

Nous attendions de ce pape, théologien de haut vol, des décisions qui tranchent avec la routine et qui engagent le monde sur des chemins de renouveau au souffle de l'Esprit. Cette démission en est une. Benoît XVI a, pour ainsi dire, rempli son contrat. Il vient de nous rappeler qu'un pape n'est pas un surhomme, qu'il peut prendre sa retraite comme tout le monde.

 

Dans la même logique, le prochain pape devrait renoncer aux titres flatteurs et païens, car opposés à l'évangile, de "Sa Sainteté" et de "Très Saint Père". 

 

Nous rendons ici un hommage vibrant au pape Paul VI qui avait déjà renoncé à la tiare - insigne aristocratique des pouvoirs dévolus aux papes - et qui accréditait les actes du Concile Vatican II par ces mots inspirés : "Paul, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu".

 

Non, l'Eglise n'est pas un navire en perdition. Elle affronte, certes, de fortes tempêtes mais elle maintient le cap, être signe d'une réalité autre : "le Règne de Dieu (qui est) parmi nous".

 

Daniel Nahimana, à Barvaux-sur-Ourthe.

 

Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.