Le chemin de la conversion.

On connaît la fameuse phrase de Jésus face aux pharisiens qui voulaient lapider la femme adultère : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » (Jn 8, 7). Notre réaction fuse immédiatement : Ah, ces salauds ! Ce faisant, nous passons à côté du message évangélique. Nous réagissons en fait comme les pharisiens qui, oubliant leurs propres manquements, jugeaient impitoyablement la femme et l’auraient sauvagement massacrée sans l’intervention de Jésus.

 

Saint Jean, dans sa première lettre, nous indique la meilleure attitude à prendre : examiner notre conscience avant de juger les autres : « Si nous disons: «Nous n'avons pas de péché», nous nous égarons nous-mêmes et la vérité n'est pas en nous.  Si nous confessons nos péchés, fidèle et juste comme il est, Dieu nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de toute iniquité » (1 Jn 1,8-9).


Les chrétiens du monde entier font cet exercice d’autocritique salutaire chaque année pendant le carême. Cette année, le rendez-vous est pris dès le  13 février avec le geste symbolique du mercredi des cendres. On se dit : « Je me suis laissé aller, il est grand-temps que je me ressaisisse ». C’est le chemin de la conversion. Notre monde a besoin d’hommes et de femmes, conscients de leur faiblesse et engagés à changer de comportement pour un meilleur vivre ensemble. Le carême nous donne l’occasion de faire le pas dans la bonne direction. Saisissons-la.

 

D. Nahimana, Doyen de Barvaux.

 

Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.