Le carême : 40 jours pour se (re)trouver.

Le Carême : 40 jours pour se (re)trouver.

 

« Quel calme ! », disons-nous lorsque nous nous trouvons à la campagne ou assis dans un jardin, ou tout simplement lorsque, tous les enfants au lit, le silence retrouve sa place dans la maison. Le calme finirait par devenir un luxe à notre époque : des flots d’images et de sons se déversent en continu sans que nous les ayons sollicités ; nous courons après le temps toujours trop court ; nous nous pressons dans les magasins et les transports en commun, nous sommes toujours sur la brèche. On est débordés…

 

Est-ce bien cela, la vie que nous désirons vraiment ? Est-ce bien cela, notre aspiration profonde ?...

 

Le temps de carême peut être, si nous le voulons, ce moment où nous nous débarrassons de ce qui encombre nos vies et nos cœurs. Un temps d’éloignement intérieur : nous continuerons à mener notre vie quotidienne avec le même souci de bien faire, mais sans nous y engloutir. Dans l’espace intérieur ainsi libéré, nous pourrons alors reconnaître et accueillir la Présence et la Parole qui déjà l’habitent. Si nous consentons à nous en remettre à elles, si nous renonçons à tout maîtriser, si nous parvenons à laisser se dire ce qui nous chante et pleure en nous, alors la divine tendresse pourra continuer son œuvre créatrice et nous serons, au cœur de notre monde incertain et traversé de douleurs, greffés sur la Vie assez forte pour passer toutes les morts.

Myriam Tonus.

Carême 2020

 

 

Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.

Abbé Charles NZEYIMANA

Jacques DELCOURT, diacre permanent.