La génération climat.

La génération climat.

Le journal « L’avenir » dans sa parution du 24 janvier 2019, nomme ainsi les jeunes qui ces derniers temps se sont levés pour secouer la classe politique belge à propos du désastre imminent dû au réchauffement climatique.

Malgré les rapports alarmants des scientifiques (voir le GIEC) et les recommandations des rencontres au sommet (voir COP15, COP 21 et COP24), les politiques peinent à proposer des solutions crédibles. Jusqu’à ce que les jeunes, fatigués de ces manœuvres dilatoires, quittent les bancs de l’école et descendent dans la rue.

 Selon les psychologues, notre cerveau préfère ne pas entendre les discours terrifiants du dérèglement climatique. Comme quoi, seule la simplicité des enfants peut venir à bout de nos résistances d’adultes.

Dans un autre domaine moins spectaculaire que celui du climat, la vie de l’Eglise, les chrétiens refusent de regarder en face l’urgence du changement.   Et pourtant, quelque chose devra changer dans leur façon de vivre en Eglise.

« Les acteurs de la vie de l’Église en Belgique le disent tous à leur manière : nous sommes appelés à un dépassement, à une inventivité, à une prise de risque. Un passage vers une autre forme de vie chrétienne, plus évangélique,  plus missionnaire… »* Alors comment penser le christianisme de demain ?

C’est le défi que l’équipe du « Chantier Paroissial » s’engage à relever en terre de Durbuy. Nous aurons besoin de vos lumières car la question nous concerne tous si nous voulons, à l’horizon 2030, conserver l’église au milieu du village.

* Extrait de l’annonce d’une journée de réflexion à Louvain-la-Neuve (29 janvier 2019).

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.


 

Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.

Abbé Charles NZEYIMANA

Jacques DELCOURT, diacre permanent.