Le mercredi des cendres à la Saint-Valentin.

Le mercredi des cendres à la Saint-Valentin !

 

Dans quelques jours, nous entamerons le temps de Carême, ce temps de quarante jours qui nous prépare à la grande fête de Pâques. Pâques tombe cette année au … premier avril ! Drôle de date ! Et le Carême commence       le … 14 février. Oui, le mercredi des cendres sera vécu à la Saint-Valentin !

 

Quel contraste : les visages sombres des fidèles face aux visages rayonnants des amoureux. Le noir des cendres face au rouge vif du cœur. La mort évoquée par les cendres face à la vie du cœur qui bat. Tout semble opposer le mercredi des cendres et la Saint-Valentin ! Tout ?

 

Il y a une caractéristique qui unit le mercredi des cendres et la Saint Valentin. Etonnamment, c’est … « l’amour, prêt au sacrifice. » Pour l’amour à la Saint-Valentin, pas besoin d’explication. Pour le mercredi des cendres par contre !

 

Le mercredi des cendres est un jour de jeûne. Une journée où on renonce à manger normalement, pas parce que l’Eglise l’impose, mais parce que l’Eglise le propose, comme expression de l’amour de Dieu. Un sacrifice … comme un amoureux qui est prêt à tout faire (ou laisser) pour son amant.

Le 14 février, les amoureux vont se retrouver au restaurant pour profiter de la gastronomie ; les fidèles vont manger sobrement ce jour-là. Oui, un contraste … mais avec un motif commun : l’amour !

 

Abbé Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.

 

 

Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.