Propos délirants ?

Propos délirants ?

 

Contre l’avortement. Pas si délirants que ça, tant que le débat ne s’éloigne pas du sujet : la loi belge dépénalisant l’avortement. Contester cette loi dite « du libre choix » n’est pas si aberrant qu’on veut nous le faire croire.


Notre société vient de loin. Il fut un temps où les sacrifices humains étaient à l’honneur. Souvenez-vous d’Iphigénie de la mythologie grecque. Le sacrifice d’Isaac dans l’Ancien Testament marque la rupture. Dieu lui-même refuse le sacrifice qu’Abraham s’apprêtait à lui offrir ! Il faudra sans doute un événement du genre pour faire cesser le massacre des embryons auxquels on refuse le noble statut d’être en devenir. En attendant, ceux qui osent avancer des idées nouvelles risquent gros comme au temps du célèbre Galilée (en photo). La voix discordante des anti-avortement bouscule les idées reçues, d’où le choc ressenti dans les médias.

La société change, parfois à travers de douloureuses mutations, parfois en douceur. Les lois humaines changent aussi. Celles qui aujourd’hui font l’unanimité seront obsolètes demain. En 1990, la Belgique a statué qu’un embryon de moins de 12 semaines peut passer à la poubelle du moment qu’on le décide. Cette loi est en net décalage avec une culture où la peine capitale a été abolie, où le mauvais traitement infligé aux animaux de l’abattoir nous révolte, où l’on se bat pour préserver les espèces végétales… Rien d’étonnant alors que cette loi connaisse des tentatives de remise en question. L’université catholique peut suspendre un professeur mais le mouvement pour la vie n’est pas prêt à se taire. On n’arrête pas le progrès.

 

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

Écrire commentaire

Commentaires: 0
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.