Ce que j'ai retenu du 7 janvier 2015.

Paris, le 7 janvier 2015, 11h20. Au siège du journal Charlie Hebdo,  irruption de deux hommes armés qui tirent à bout portant. Un véritable carnage. On apprend très vite que ce sont des djihadistes venus venger le prophète que Charlie Hebdo s’est permis de caricaturer.

 

Ma foi de chrétien me dit que les prophètes n’ont pas besoin d’être vengés. Ils sont naturellement persécutés. Jésus lui-même a fini crucifié. Et il pardonnait à ses bourreaux.


Un autre terroriste s’attaque à la communauté juive et laisse derrière lui des cadavres. C’est plus grave qu’on ne pensait. Musulmans et antisémites. Musulmans ? Pas tout à fait. Parmi les victimes, on compte aussi des musulmans. Je me surprends à penser qu’un tueur n’a ni religion, ni race, ni nationalité. Il est tueur tout court. Il se déclare ennemi de l’humanité.


C’est pour cela que la grande marche du 11 janvier était comme un baume bienfaisant. « Je suis Charlie ». Le cœur du monde battait à l’unisson contre l’horreur, l’innommable. Je voyais naître, ô merveille, une nouvelle société qui n’assisterait plus impassible aux égarements criminels de tout bord.


Etait-ce un rêve ? La réalité est plus prosaïque. D’un côté, des millions de musulmans ont désavoué les tueurs mais, en ce 16 janvier, en Asie et en Afrique, ils n’ont pas caché la haine qu’ils nourrissent contre Charlie Hebdo et les « mécréants ». De l’autre, l’Occident dominant, défenseur des libertés,  n’a pas mesuré l’impact de ses décisions souvent unilatérales sur l’autre moitié du monde qui l’observe. Le XXIème siècle est malade. Sera-t-il meilleur que le XXème dont nous ne cessons de rappeler les turpitudes et les violences ?


Un milliard et demi de chrétiens vont entrer en carême. Pourront-ils donner au monde un réel exemple d’un sursaut d’humanité ?

 

 

Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen.

Écrire commentaire

Commentaires: 0
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.