La fusillade au Musée juif de Bruxelles.

 

C’était une après-midi assez dense, ce 24 mai 2014, la veille des élections. Alors que l’Europe entière était braquée sur les isoloirs, un tueur terroriste a choisi de frapper au cœur de l’Europe. Geste d’un loup solitaire, mais aussi acte d’une violence glaciale, porteur d’une lourde menace contre les nations.

Il est 17h et les premières informations sur l’attentat circulent déjà dans les réseaux sociaux. Emotion, indignation, incompréhension, révolte… Une correspondante belge écrit : « Hier j’étais syrienne avec les Syriens, aujourd’hui je deviens juive avec les Juifs. »

Pouvons-nous encore assister, les bras croisés, à un massacre de Juifs dans nos cités ? Voilà que les mêmes faits reviennent comme une malédiction : les tueries de Toulouse, les sarcasmes racistes dans les cercles politiques italiens et français (voir notre édition de décembre 2013 ), les mouvances identitaires, xénophobes ou carrément antisémites dans certaines formations qui se disent démocratiques…Tout cela, ce n’est pas l’islam qui l’enseigne. Les religions font les boucs-émissaires dans un monde sans foi ni loi.

J’ai aimé l’appel lancé à la jeunesse de Bruxelles, j’ai apprécié la réaction du président Hollande en compagnie de notre premier ministre Elio, j’ai applaudi la présence des hauts responsables chrétiens et musulmans aux côtés des frères juifs. Mais tout cela ne suffit pas. On le sait, la crise économique est dure pour tout le monde. Mais de grâce, que ces politiciens arrêtent de promettre des solutions qui procèdent par la méfiance de l’autre et suggèrent à mots couverts le sacrifice des étrangers. Comme si l’Europe pouvait retrouver l’opulence, toute seule, enfermée dans sa tour d’ivoire.

Les chrétiens se préparent à célébrer la Pentecôte. Cette fête met fin au phénomène d’éclatement de Babel : l’humanité incapable de construire ensemble à cause de la diversité des langues. L’Esprit de la Pentecôte fait en sorte que chacun se sente rejoint, reconnu et aimé malgré la diversité des cultures. Que cet Esprit de Dieu descende sur notre monde.

 

 

Daniel NAHIMANA

Écrire commentaire

Commentaires: 0
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.