sam.

03

juin

2017

Le Saint Esprit.

Le Saint Esprit.

Dans nos églises, jusqu’à la fin du 19ème siècle, on parlait très peu du Saint Esprit. Il a fallu le courage d’une brave religieuse, Sœur Hélène Guerra, fondatrice des Sœurs Oblates du Saint-Esprit, pour pousser le pape Léon XIII à rédiger l’encyclique  « Divinum illud munus » exhortant toute l’Eglise à invoquer le Saint Esprit (1897). Benoît XV (Spiritus Paraclitus, 1920), Pie XII (Divino afflante Spiritu, 1943) et surtout Jean XXIII, celui-là même qui béatifia la religieuse Hélèna Guerra, développèrent un enseignement sur l’Esprit Saint qui se généralisa avec le concile Vatican II (1965).

L’Eglise redécouvrait les textes de saint Jean et de saint Paul sur l’Esprit. « Le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit » (Jn 14, 26). « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur, mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils (Rm 8, 14-15).  Les théologiens  se remirent à l’école des Pères de l’Eglise comme saint Athanase, saint Basile, et saint Grégoire de Nazianze, ces pionniers qui firent triompher la formule de Nicée-Constantinople : « Je crois en l’Esprit Saint qui est Seigneur et qui donne la vie. Il procède du Père et du Fils. Il a parlé par les prophètes ». La suite est connue : les pentecôtistes américains relayés par le « renouveau charismatique » qui a compté parmi ses membres de grands noms comme le cardinal Léon-Joseph Suenens et le prédicateur de la Maison Pontificale Raniero Cantalamessa.

Sans le témoignage intérieur de l’Esprit, la Bible resterait lettre morte et l’Eglise ne serait qu’une ONG internationale sans doute respectable mais incapable de nous engendrer à la vie divine et de nous conduire à Dieu. Joyeuse fête de la Pentecôte !

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

sam.

06

mai

2017

Les célébrations pascales.

Les célébrations pascales.

 

Les chrétiens du monde viennent de célébrer Pâques. Une fête qui a imprégné notre culture de traditions encore vivantes comme la bénédiction du buis, le chemin de croix en mondovision, le silence des cloches, la chasse aux œufs et la bénédiction Urbi et Orbi.

Beaucoup de nos paroissiens ont participé aux célébrations pascales, renouant avec la tradition chrétienne qui veut que Pâques, le Jour de la Résurrection, soit la plus grande fête chrétienne. Elle se prépare pendant quarante jours (carême) et se célèbre pendant cinquante jours (temps pascal) jusqu’à la Pentecôte (le 50ème jour). C’est le Jour du Seigneur, par excellence, la « dies dominica », qui a ensuite donné naissance à notre « dimanche ».


    En effet, à l’origine du christianisme, il y a les événements de Pâques : la mort et la résurrection de Jésus. Au lendemain du sabbat, le « huitième jour de la semaine », Jésus est ressuscité. Ce fut le premier jour de la semaine qui vint alors rythmer le temps des chrétiens en séquences hebdomadaires. Tous les huit jours, nous nous retrouvons pour chanter les louanges de Dieu, créateur du monde et faire mémoire du Ressuscité qui a libéré l’humanité en brisant les verrous de la mort et en détruisant la haine par sa croix.

Le dimanche, c’est la fête chrétienne d’une humanité qui se sait libérée et qui rend grâce !

 

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

0 commentaires

dim.

02

avril

2017

Propos délirants ?

Propos délirants ?

 

Contre l’avortement. Pas si délirants que ça, tant que le débat ne s’éloigne pas du sujet : la loi belge dépénalisant l’avortement. Contester cette loi dite « du libre choix » n’est pas si aberrant qu’on veut nous le faire croire.


Notre société vient de loin. Il fut un temps où les sacrifices humains étaient à l’honneur. Souvenez-vous d’Iphigénie de la mythologie grecque. Le sacrifice d’Isaac dans l’Ancien Testament marque la rupture. Dieu lui-même refuse le sacrifice qu’Abraham s’apprêtait à lui offrir ! Il faudra sans doute un événement du genre pour faire cesser le massacre des embryons auxquels on refuse le noble statut d’être en devenir. En attendant, ceux qui osent avancer des idées nouvelles risquent gros comme au temps du célèbre Galilée (en photo). La voix discordante des anti-avortement bouscule les idées reçues, d’où le choc ressenti dans les médias.

La société change, parfois à travers de douloureuses mutations, parfois en douceur. Les lois humaines changent aussi. Celles qui aujourd’hui font l’unanimité seront obsolètes demain. En 1990, la Belgique a statué qu’un embryon de moins de 12 semaines peut passer à la poubelle du moment qu’on le décide. Cette loi est en net décalage avec une culture où la peine capitale a été abolie, où le mauvais traitement infligé aux animaux de l’abattoir nous révolte, où l’on se bat pour préserver les espèces végétales… Rien d’étonnant alors que cette loi connaisse des tentatives de remise en question. L’université catholique peut suspendre un professeur mais le mouvement pour la vie n’est pas prêt à se taire. On n’arrête pas le progrès.

 

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

0 commentaires

mar.

07

mars

2017

Nous entrons en carême.

Nous entrons en carême.

 

Chaque année, quarante jours avant Pâques (40, sans compter les dimanches), nous entrons en carême. La fête de Pâques est si importante pour nous les chrétiens qu’il nous faut 40 jours pour nous y préparer.

 

Cette durée fait référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Egypte et son entrée en Terre Promise, ainsi qu’aux quarante jours passés par Moïse au Mont Sinaï (Ex 16.35 ; 24,18 et 34,28). Elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert (Mt 4.1-11) entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de "quarante" symbolise un temps de préparation à de nouveaux commencements (http://www.chapelle-crecy.com/spip.php?article373).

 

C’est une période qu’on a souvent présentée comme temps de pénitence, pénitence rimant avec tristesse, privations et souffrances.

 


« Voici le temps favorable » (2 Cor 6,2).     

Or le carême est une chance. En effet, nous prenons le temps de réfléchir à ce que nous sommes et à ce que nous faisons. Nous prenons conscience que nous sommes en lien avec d’autres et que la fraternité et la solidarité ne sont pas de vains mots.

 

C’est un temps de grâce, un temps de retrouvailles et de réconciliation avec Dieu, avec nous-mêmes et avec le prochain. Pour vivre à fond ce printemps spirituel, l’évangile nous suggère trois actions : la prière, le jeûne et le partage.

Bon et fructueux carême !

 

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

0 commentaires

ven.

03

févr.

2017

Le reflet du miroir.

 

 

 

Le reflet du miroir.

 

Les élections américaines viennent de porter sur le devant de la scène une politique que beaucoup de citoyens européens réprouvent. Toute cette presse et tant de voix qui s’insurgent contre les décrets du président Trump ! Serait-ce le début d’un sursaut de conscience ?


    La question de l’immigration est très complexe, chacun en conviendra. Le défaut de Trump est de proposer les solutions les plus faciles – et partant les plus injustes.  En cela, il joue un rôle ingrat : dire tout haut ce que les autres pensent tout bas. En effet, il est le reflet que le miroir nous renvoie de nos propres sociétés. Regardez. Nos politiques anti-migratoires. Nos centres fermés en vue d’une expulsion de gré ou de force. Nos murs dissuasifs aux enclaves espagnoles du Maroc. Nos barbelés de l’Europe de l’Est. Nos accords avec la Turquie pour qu’elle fasse barrage aux réfugiés syriens. Notre Méditerranée devenue un cimetière de migrants. Nous nous complaisons de plus en plus dans notre statut de citadelle assiégée.

En réagissant contre le modèle américain qui a déjà créé 11 millions de clandestins, nous apprenons alors à vaincre nos peurs de l’étranger et à développer le sens de l’hospitalité qui jadis contribua à l’édification de l’Europe Occidentale et du « Nouveau Monde ».

Sans cet effort d’intégration des flux migratoires, l’Occident aura signé sa propre décadence et l’ultime trahison de l’Evangile. Dès lors, toute protestation contre Trump ne sera que simple démagogie électoraliste.

 

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

0 commentaires

La Semaine Sainte.

Nous allons vivre une semaine sainte toute spéciale avec un nouveau pape qu'on est en train de nous préparer à Rome. Les cloches s'en iront bientôt là-bas pour être de la partie. Le monde entier retient son souffle ...

 

(Lire plus...)

 

La démission du pape Benoît XVI

La récente annonce de la démission du pape n’a laissé personne indifférent. L'événement est inédit et suscite la curiosité. Chacun y va de son commentaire.


Lire plus

Le pape démissionne

Très grosse surprise, en cette journée du 11 février 2013 !

Très belle surprise, faut-t-il dire, en cette fête de Notre-Dame de Lourdes.


Merci, Benoît XVI ! 

 

(Lire plus...)

 

Les célébrations du mercredi des cendres

C'est une tradition encore vivante dans nos régions, le fait d'aller recevoir sur son front les cendres au début du carême.


L'imposition des cendres nous vient des traditions juives. La forme simplifiée - une marque au front - remonte au XIème siècle de notre ère.

 

Pour ne pas perdre cette belle cérémonie d'entrée en carême, venez aux célébrations de ce mercredi 13 février 2013.

 

 

BARVAUX

DURBUY

TOHOGNE

PETIT-HAN

 

 

 

 

09H30

19H00

19H00

18H00

18H00

 

 

 

 

Le chemin de la conversion.

 

 

On connaît la fameuse phrase de Jésus face aux pharisiens qui voulaient lapider la femme adultère : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » (Jn 8, 7). Notre réaction fuse immédiatement : Ah, ces salauds !

 

(Lire la suite)

Au seuil d'une année nouvelle.

Dernièrement, la rumeur a couru comme quoi le 21 décembre 2012 devait être la fin du monde, selon les calculs d’un calendrier maya. Nos contemporains, en bons philosophes, n’ont pas cédé à la panique.  [Lire plus]

 

Chante Noël, chante pour Dieu.

En préparant Noël, je n’ai pas résisté au plaisir de télécharger un vieil album de Littleton intitulé « John Littleton chante Noël ». J’aime cette voix puissante et tendre qui révèle une foi engagée.  [Lire plus]

Décès.

Nous venons d'apprendre le décès de Daniel Libbrecht, frère de notre ancien doyen Patrick. Le décès est survenu en France. Les funérailles ont été célébrées jeudi le 13 decembre 2012.

Qu'il repose en paix !

Nos sincères condoléances à l'abbé Patrick.

Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.