mar.

30

avril

2019

L'incendie de Notre-Dame de Paris.

L’incendie de Notre-Dame de Paris.

 

C’était lundi de la semaine sainte, ce 15 avril 2019. A 18h50, un incendie se déclare dans les combles de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L’édifice est en feu. Stupéfaction, impuissance, désolation. Tout Paris est pétrifié. Le monde entier est en émoi.

Le monument jouit d’un statut exceptionnel : chef d’œuvre gothique, symbole religieux d’une France fille aînée de l’Eglise, haut-lieu touristique de la Ville des Lumières.

Notre-Dame, c’est le siège épiscopal et le centre métropolitain de Paris, c’est une ruche d’activités cultuelles et culturelles variées, c’est chaque année la destination de 12 millions de touristes.

Notre-Dame, c’est aussi un concentré d’arts plastiques, un joyau de pierres et de métaux, de bois et de verres, où le corps et l’esprit se rencontrent.

En quelques heures, le feu a dévoré la flèche et la fière toiture témoin d’une histoire millénaire où s’est forgée la splendeur de la France.

Cette flamme sacrilège a rendu sa cathédrale à la ville, à la nation et au monde, un mastodonte qui s’éclipsait de la trépidante vie d’une société moderne et sécularisée. C’est l’heure des retrouvailles, le grand amour !

Que l’on ne se scandalise donc pas de ce soudain réveil en faveur d’un temple. Le sinistre marque le début d’une prise de conscience qui sera plus vive encore, nous l’espérons, à l’égard des précarisés de nos campagnes et de nos cités. Marie, Notre Dame, ne veille-t-elle pas sur l’humanité en détresse ?

 

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

ven.

05

avril

2019

La puissance de la Résurrection.

La puissance de la Résurrection.

 

La résurrection est au cœur même de la foi chrétienne. Elle ouvre un chemin et donne sens à la vie chrétienne. Saint Paul écrit : « Si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vide, et vide aussi votre foi » (1 Cor 15,14).

Ces derniers temps, on n’est pas fier de se dire chrétien. Toutes ces révélations d’abus sexuels au sein de l’Eglise nous laissent sans voix ! Comment relever la tête et surtout comment notre institution peut-elle encore prétendre enseigner  la vérité, l’amour et la justice ?

La résurrection vient à notre secours. Elle vient nous rappeler d’abord notre fragilité humaine. « Le Seigneur renverse les puissants de leurs trônes. Il élève les humbles »(Lc 1,52).

Ensuite elle nous apprend que la route du chrétien passe par la mort.  La mort n’est pas un accident de parcours. Elle fait partie du chemin.

Les échecs, l’humiliation et le discrédit ne sont pas étrangers à l’être chrétien.

La résurrection nous entraîne enfin vers la purification qui est un don de Dieu. « Ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse » (2 cor 12, 9).

Ceci pour dire que le terrible scandale des abus sexuels peut être pour l'Eglise une opportunité  de devenir plus pauvre, plus humble, plus sainte. Son témoignage y gagnera alors en crédibilité. Dans la puissance de la résurrection.

« Donc je me complais dans les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions, et les angoisses pour Christ ! Car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort » (2 Cor 10, 10).

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

 

jeu.

28

févr.

2019

L'appel à la conversion.

L’appel à la conversion.

 

Les catholiques, nous allons bientôt entrer en carême. Une période de 40 jours (sans compter les dimanches) où la liturgie nous invite à la conversion.

La conversion,  c’est d’abord une marche. Se mettre en mouvement. Rompre la monotonie. Pierre qui roule n’amasse pas mousse.

Mais il ne suffit pas de marcher. Encore faut-il progresser dans la bonne direction ! Des fois on se rend compte dans la vie qu’on s’est trompé et qu’il faut changer de route.

Et le plus beau dans la conversion, c’est qu’on se dirige non pas vers une destination inconnue mais vers quelqu’un qui nous appelle et qui nous aime. La plus belle image de la conversion est celle de l’enfant prodigue qui revient vers son père. La conversion,  c’est enfin retrouver le chemin de la vraie vie, de la vraie relation, du vrai bonheur. C’est donner sens à sa marche, à son agir, redire ses raisons de vivre.

Pendant que les jeunes nous interrogent sur notre attitude face au réchauffement climatique et ses conséquences catastrophiques, nous avons intérêt à travailler à notre conversion. Elle sera spirituelle ou ne sera pas ! Car il ne s’agira pas de quelques touches cosmétiques mais d’une profonde remise en question, un changement de direction, une totale conversion. Et en cela, l’évangile peut éclairer notre recherche et nous conduire vers Pâques, vers la victoire de la vie sur la mort.

 

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.

 

mer.

06

févr.

2019

La génération climat.

La génération climat.

Le journal « L’avenir » dans sa parution du 24 janvier 2019, nomme ainsi les jeunes qui ces derniers temps se sont levés pour secouer la classe politique belge à propos du désastre imminent dû au réchauffement climatique.

Malgré les rapports alarmants des scientifiques (voir le GIEC) et les recommandations des rencontres au sommet (voir COP15, COP 21 et COP24), les politiques peinent à proposer des solutions crédibles. Jusqu’à ce que les jeunes, fatigués de ces manœuvres dilatoires, quittent les bancs de l’école et descendent dans la rue.

 Selon les psychologues, notre cerveau préfère ne pas entendre les discours terrifiants du dérèglement climatique. Comme quoi, seule la simplicité des enfants peut venir à bout de nos résistances d’adultes.

Dans un autre domaine moins spectaculaire que celui du climat, la vie de l’Eglise, les chrétiens refusent de regarder en face l’urgence du changement.   Et pourtant, quelque chose devra changer dans leur façon de vivre en Eglise.

« Les acteurs de la vie de l’Église en Belgique le disent tous à leur manière : nous sommes appelés à un dépassement, à une inventivité, à une prise de risque. Un passage vers une autre forme de vie chrétienne, plus évangélique,  plus missionnaire… »* Alors comment penser le christianisme de demain ?

C’est le défi que l’équipe du « Chantier Paroissial » s’engage à relever en terre de Durbuy. Nous aurons besoin de vos lumières car la question nous concerne tous si nous voulons, à l’horizon 2030, conserver l’église au milieu du village.

* Extrait de l’annonce d’une journée de réflexion à Louvain-la-Neuve (29 janvier 2019).

Abbé Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen de Barvaux.


 

mar.

01

janv.

2019

Les mages, ces chercheurs !

  

Les mages, ces chercheurs !

 

Il y avait le roi. Il s’appelait Hérode, et même Hérode le Grand. Il vivait au palais et tenait au pouvoir. Craignant la concurrence, il était décidé à faire tout ce qu’il faudrait pour conserver sa place. Il y avait aussi les chefs des prêtres, les scribes. Ils étaient de bons Juifs et ils connaissaient bien l’Ecriture et la Loi. Une valeur sûre, en somme. Quand une question se posait, on les interrogeait et ils n’hésitaient pas. Ils ouvraient leurs grands livres et donnaient la réponse. Et tous, comme le roi, étaient dans la ville sainte. C’est de là que devait sortir la vérité. Et malgré tout cela, ils firent œuvre de mort.

Il y avait les mages. Ils étaient étrangers. Ils étaient même païens et ne connaissaient pas l’Ecriture, ni la Loi. Ils en étaient encore à étudier les astres. Et eux, ils n’avaient pas de réponses toutes faites, pas de preuves, mais un signe, et beaucoup de questions. C’est pour cela qu’ils cherchaient, qu’ils s’étaient mis en marche, dans l’insécurité et à la belle étoile. Pas de quoi se vanter devant les sommités de la Ville éternelle. Et malgré cela, ils découvrirent la vie.

Il y a aujourd’hui tant d’hommes et tant de femmes qui se posent des questions sur le sens de la vie. Ils n’ont vraiment que faire de réponses toutes faites, de doctrines et de lois imposées d’en haut. Mais ils se mettent en route. Et ils tombent à genoux devant un enfant pauvre, une mère en détresse, un étranger exclu. De grâce, n’éteignons pas l’étoile qui les conduit.

Louis Dubois, Echos d’Evangile, année C, p. 19

 

 

              Fêtes de la Nativité.

 

Lundi 24 décembre

Tohogne (avec les enfants)

18h00

Bomal (avec les enfants)

18h00

Heyd

18h00

Ozo

18h00

Petit-Han (avec les enfants)

22h00

Barvaux

24h00

Durbuy

24h00

Wéris

24h00

Mardi 25 décembre

Enneilles

09h30

Jenneret

09h30

Oppagne

10h30

Deux-Rys

10h30

Barvaux

11h00

Petite-Somme

11h00

Borlon

11h00

 

 

La Semaine Sainte.

Nous allons vivre une semaine sainte toute spéciale avec un nouveau pape qu'on est en train de nous préparer à Rome. Les cloches s'en iront bientôt là-bas pour être de la partie. Le monde entier retient son souffle ...

 

(Lire plus...)

 

La démission du pape Benoît XVI

La récente annonce de la démission du pape n’a laissé personne indifférent. L'événement est inédit et suscite la curiosité. Chacun y va de son commentaire.


Lire plus

Le pape démissionne

Très grosse surprise, en cette journée du 11 février 2013 !

Très belle surprise, faut-t-il dire, en cette fête de Notre-Dame de Lourdes.


Merci, Benoît XVI ! 

 

(Lire plus...)

 

Les célébrations du mercredi des cendres

C'est une tradition encore vivante dans nos régions, le fait d'aller recevoir sur son front les cendres au début du carême.


L'imposition des cendres nous vient des traditions juives. La forme simplifiée - une marque au front - remonte au XIème siècle de notre ère.

 

Pour ne pas perdre cette belle cérémonie d'entrée en carême, venez aux célébrations de ce mercredi 13 février 2013.

 

 

BARVAUX

DURBUY

TOHOGNE

PETIT-HAN

 

 

 

 

09H30

19H00

19H00

18H00

18H00

 

 

 

 

Le chemin de la conversion.

 

 

On connaît la fameuse phrase de Jésus face aux pharisiens qui voulaient lapider la femme adultère : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » (Jn 8, 7). Notre réaction fuse immédiatement : Ah, ces salauds !

 

(Lire la suite)

Au seuil d'une année nouvelle.

Dernièrement, la rumeur a couru comme quoi le 21 décembre 2012 devait être la fin du monde, selon les calculs d’un calendrier maya. Nos contemporains, en bons philosophes, n’ont pas cédé à la panique.  [Lire plus]

 

Chante Noël, chante pour Dieu.

En préparant Noël, je n’ai pas résisté au plaisir de télécharger un vieil album de Littleton intitulé « John Littleton chante Noël ». J’aime cette voix puissante et tendre qui révèle une foi engagée.  [Lire plus]

Décès.

Nous venons d'apprendre le décès de Daniel Libbrecht, frère de notre ancien doyen Patrick. Le décès est survenu en France. Les funérailles ont été célébrées jeudi le 13 decembre 2012.

Qu'il repose en paix !

Nos sincères condoléances à l'abbé Patrick.

Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen
Daniel NAHIMANA, Curé-Doyen

Chris BUTAYE, Curé de Durbuy.

Abbé Charles NZEYIMANA

Jacques DELCOURT, diacre permanent.